Accueil Politique Evolution institutionnelle le PPM n’a pas de leçon à recevoir du président du conseil régional

le PPM n’a pas de leçon à recevoir du président du conseil régional

edouarddelpine1.jpg

Dans mon livre, Sur la question dite du statut de la Martinique, paru la semaine dernière chez Désormeaux, je rappelle les positions de principe qui me paraissent guider le parti de Césaire aujourd’hui comme hier. 

Je m’adresse directement à Marie-Jeanne dans l’avant-propos de ce livre qui explique les raisons pour lesquelles,  j’ai décidé  après le Congrès du 18 décembre 2008,  de publier  un travail qui était pratiquement achevé en 2003, au lendemain de l’humiliante défaite de la gauche au référendum du 7 décembre 2003, mais dont j’avais différé la publication.  

L’entretien du Président du Conseil Régional avec Gabriel Gallion me paraît mériter une réponse claire et une attitude ferme des militants du PPM devant l’attitude arrogante d’A.Marie-Jeanne à l’égard de Serge Letchimy. Autant nous sommes pour l’unité la plus large possible, pas seulement de toute la gauche mais de toutes les sensibilités politiques représentées au Congrès, autant nous récusons l’ambiguïté et la confusion comme des ingrédients inévitables pour le consensus indispensable sur la question du statut de la Martinique. Nos convictions autonomistes méritent au moins autant de respect que ce qui vous tient lieu de convictions indépendantistes.

    « Le PPM se réjouit sans réserves de votre évolution des thèses assimilationnistes de la SFIO de Guy Mollet du début des années 1960 aux thèses césairiennes de l’autonomie au début des années 1970,  de votre refus de participer aux élections législatives françaises, après notre échec commun de 1973, pendant plus d’une décennie de 1978 à 1988, à votre addiction, depuis 1993, à la course au Palais Bourbon, de votre mépris affiché de l’Europe depuis 1979 à vos pérégrinations et à celles de vos amis dans toutes les instances européennes, de la Commission des Iles de la CRPM (Conférence de Régions périphériques Maritimes) à la Conférence des RUP (Régions Ultra Périphériques)1.  

Le PPM respecte votre choix indépendantiste même si ce choix lui paraît de plus en plus comme une posture plutôt que comme une exigence. Le PPM ne vous considère pas comme un ennemi mais comme un allié possible, et même comme un allié nécessaire mais nullement indispensable, en tout cas sans aucun privilège, compte tenu du poids réel dans le peuple martiniquais du mot d’ordre d’indépendance dont vous vous dites porteur. 

Ou vous accepterez de peser dans une alliance pour le changement du statut de la Martinique ce que pèse ce mot d’ordre d’indépendance dans l’opinion martiniquaise, ou le PPM continuera de refuser le rôle, que vous paraissez vouloir faire jouer à vos alliés, de supplétifs d’une coalition invertébrée aux intentions mal définies dont le seul ciment est le ralliement à ces « compromis bâtards » que vous dénonciez autrefois, c’est-à-dire, l’acceptation de la confusion comme fondement de l’unité. 

Le PPM, lui, est-il besoin de le dire, continuera à travailler inlassablement, le temps qui sera nécessaire, au rassemblement du plus grand nombre de Martiniquais autour d’un projet ambitieux qui ne sera pas forcément le sien, qui ne sera en tout cas  pas seulement le sien, mais qui résultera d’un accord global conclu sur des base claires. » 

  Édouard de Lépine

Charger d'autres écrits dans Evolution institutionnelle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

- DSL : Non cumul possible entre la fonction de maire et le mandat de conseiller territorial

COLLECTIVITE UNIQUE : OUI PROJET DE LOI ACTUEL : NON Deux grands courants de désordre, en …