Accueil Politique Evolution institutionnelle - Pour une dynamique de responsabilité

- Pour une dynamique de responsabilité

Serge LETCHIMY

La meilleure définition que l’on pourrait donner de la politique au quotidien serait la suivante : Faire à fond, tout ce que l’on peut faire, du mieux qu’on peut le faire, avec ce que l’on a. Ce qui, alors, nous évite de sombrer dans une logique de gestion, de traitement de l’urgence ou de pragmatisme élémentaire, c’est que cette réactivité reste à tout instant soumise à une perspective intangible, une étoile, un idéal… en bref : une vision politique. Les vieux-nègres appellent cela : An Larel. 

Pour moi c’est clair, je suis autonomiste, voici la perspective non négociable ! Et dans l’idée d’autonomie, il y a ce principe très simple, que d’ailleurs Pierre Aliker a opportunément rappelé lors de la disparition d’Aimé Césaire : « Les vrais spécialistes des affaires martiniquaises sont les martiniquais eux-mêmes ».

Cela veut dire, non pas que les martiniquais n’ont aucun besoin d’expérience, de connaissance, de soutien ou de partenariat extérieurs ― ce qui serait en soi une absurdité ― mais simplement qu’il existe dans toute action politique, tout processus de développement, une énergie irremplaçable, qui provient de l’intérieur, qui lève du plus profond de soi, et qui permet de mettre en œuvre au quotidien des avancées qui participent de la manière la plus intime à un véritable épanouissement.  

Cette énergie possède un nom : la responsabilité. 

Et la responsabilité ce n’est pas seulement une capacité juridique ou institutionnelle. 

C’est aussi et avant tout une disposition mentale. 

Quand on est responsable, quand on porte en soi l’esprit de responsabilité, cela imprime aux actions que l’on mène et aux choix que l’on fait, une force de pénétration maximale. Une audience assurée. Une noblesse aussi. Cela évite les démagogies et les populismes et les passivités, et la courte vue et les effets de manche, et même les postures de petit marronnage à bon marché qui sont engendrés par l’assistanat et la dépendance, et qui font de la politique dans nos pays ce qu’hélas elle a trop tendance à devenir. 

Et c’est avec l’esprit de responsabilité que j’agis et que je choisis et que je décide au quotidien. 

Serge LETCHIMY 

Charger d'autres écrits dans Evolution institutionnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Lettre ouverte à la population de la Guadeloupe en général et de Basse-Terre en particulier

Ce sont les Basse-Terriens, Basse-Terre, les Guadeloupéens et la Guadeloupe qui nourrissen…