Accueil Politique Evolution institutionnelle - Dynamique 73 au Morne-Rouge : Compte rendu (Pierre Patron)

- Dynamique 73 au Morne-Rouge : Compte rendu (Pierre Patron)

Logo Dynamique 73REUNION D’INFORMATION DE DYNAMIQUE 73 AU MORNE-ROUGE 

Ce vendredi 13 novembre, l’association Dynamique 73 a organisé une réunion d’information à destination des habitants du Morne Rouge. Cette réunion a été ouverte à 18 h 30,  par Madame Jenny DULYS,  maire du Morne Rouge. Après avoir souhaité la bienvenue à  la centaine de personnes venues entendre, dans la salle de délibération de la mairie, les intervenants de Dynamique 73 et  salué la présence de Jean MARAN,  elle a fait une déclaration qu’on peut qualifier de déclaration choc. En effet devant une assistance d’abord surprise et ensuite enthousiaste, Madame DULYS a dit sa volonté de défendre désormais le maintien de la Martinique dans l’article 73. Décision qu’elle a prise après avoir écouté la population. Décision importante, car après les défections des élus socialistes, Louis-Joseph MANSCOUR, Raymond OCCOLIER, BUVAL, celles de Raphael VAUGIRARD, Danielle DEAU-SURIAM, la disparition suspecte du terrain de bataille de Pierre SAMOT, d’ Alfred MONTHIEUX,  de Joachim BOUQUETY, Justin PAMPHILE. La décision d’ Athanase JEANNE-ROSE de suivre les militants de son mouvement, le Mouvement Démocratique Joséphin qui s’est prononcé pour l’article 73, c’est en la personne du maire du Morne Rouge, un maillon important du 74 qui passe dans le camp du 73. Ainsi donc, jour après jour, le 74 se réduit à une peau de chagrin. Car jusqu’ici personne n’a fait le voyage contraire. L’assistance a longuement applaudi Madame DULYS.

Après quoi, Jean CRUSOL montra la sécurité juridique et budgétaire de l’article 73 et en s’appuyant sur l’expérience de Saint-Martin, il expliqua, a contrario, tous les dangers que comporte le 74 et en particulier les problèmes de non financement ou d’insuffisance de financement des compétences transférées aux collectivités du 74. Surtout, Il insista sur le fait que, conformément à la Constitution, l’État privilégiera  pour le financement de ces compétences, non les  dotations financières, mais les transferts d’impôt.  Ressource hautement incertaine car dépendante de l’activité économique.

L’assistance posa de nombreuses questions qui permirent à Jean CRUSOL et au jeune Fred THIRAULT, président de Dynamique 73  de répondre aux préoccupations des participants. Ainsi une personne s’inquiéta de la construction d’une école à la Dominique par  la Région Martinique. Jean CRUSOL répondit que la Région a effectivement financé la construction d’une école à Portsmouth, l’école Roosevelt DOUGLAS, qui est en fait la plus moderne et la plus luxueuse de la Caraïbe. Dans cette affaire, la Région Martinique a payé 1.522.000,00 €,  soit 82 % de la dépense, alors même qu’elle ne finance ce genre de construction à la Martinique – quand elle le fait  -  tout au plus qu’à hauteur de 33 %. Et s’il y a coopération avec la Caraïbe, soit, mais à partir de quel plan de coopération ? Sur quel critère la Dominique a-t-elle été choisie ? Est-ce au petit bonheur la chance ? Pourquoi pas une autre île ? N’y a-t-il pas un conflit d’intérêt à ce que  le consul de la Dominique à la Martinique, soit précisément l’architecte qui a construit l’école financée par la Région à la Dominique ? Rappelons-nous que c’est  l’argent public qui est en jeu.

De nombreuses autres questions portèrent sur les possibilités d’action que nous offre l’article 73, sur l’inconséquence qu’il y aurait à se mettre dans une situation hautement aléatoire, alors que sévit une sévère crise économique mondiale. Un conseiller régional indépendantiste, essaya de promouvoir le 74. Se targuant de l’autorité du président  ZARKOZY, il prétendit que jamais on ne sortirait de la situation de RUP. Jean CRUSOL répondit avec brio que le danger de sortir de la situation de Région Ultra Périphérique de l’Europe  ne ressort pas  du fait d’un passage en lui-même à l’article 74, ce qui a été justement souligné par le Président de la République. Mais des mesures, sur le foncier et l’emploi,  qui ont été prévues dans le cadre du 74, par les résolutions votées par le congrès. Un jeune métropolitain présent dans la salle, enseignant dans un établissement scolaire du Nord, apporta une intéressante contribution à la discussion en soulignant qu’il utilisait, pour former ses élèves, les travaux scientifiques faits par des martiniquais, dont ceux du professeur CRUSOL.

Pierre PETIT clôtura cette réunion en rappelant son expérience personnelle d’homme politique martiniquais et en soulignant la nécessité d’un rassemblement de toutes les énergies pour s’atteler enfin à un véritable développement. 

En résumé, cette réunion  d’information a été une véritable réussite. Près d’une centaine de personnes y ont assisté pendant plus de deux heures. Dynamique 73 encore une fois remercie, le Maire Madame Jenny DULYS pour son chaleureux accueil. De très prochaines réunions sont prévues au VAUCLIN, au GROS-MORNE, au ROBERT et  au LAMENTIN, ainsi que des distributions massives de tracts et de documents d’information, notamment à FORT-de-FRANCE.

Pierre Patron 

Charger d'autres écrits dans Evolution institutionnelle

8 Commentaires

  1. Eric E.G. NOGARD

    20 novembre, 2009 à 15:18

    Cet acharnement à se demander si on est, ou si on n’est pas dans le Droit Commun, n’est-il pas la preuve que nous sommes dans la plus parfaite incertitude à l’égard du Droit Commun.

    Les Départements de l’Hexagone se creusent-ils les méninges sur la Question du Droit Commun.

    Comme nous l’avons mille fois suggéré, ne conviendrait-il pas de renoncer aux Elections de Janvier 2010 en attendant de savoir ce que nous apportent les Réformes Territoriales promises par le Président de la République Française.

    Eric E.G. NOGARD

    Répondre

  2. SOLEIL

    17 novembre, 2009 à 21:28

    C’est très bien de se battre contre l’article 74, mais si c’est pour y substituer la collectivité nouvelle avec pouvoirs normatifs renforcée dans le cadre du 73, autant se protéger de la peste en attrapant le choléra.
    En revanche, si on veut des économies, on est certain d’en avoir avec la réforme nationale prévoyant un nombre limité de conseillers territoriaux. Pour cela NON le 10 et NON le 24.
    Si on ne veut plus de statut quo, en votant NON le 10 et NON le 24 on bénéficera de la réforme nationale qui aboutira ici à ce que proposaient les opposants au changement institutionnel de 2003.
    Si on veut mettre fin a la statutose, on n’y arrivera qu’en votant 2 fois NON.
    Ressaisissez vous ex départementalistes. RIEN ne justifie votre ralliement à ce que vous combattiez en 2003.

    Répondre

  3. superbaloo972

    17 novembre, 2009 à 19:28

    La question me parait simple pourtant…
    Veut on ou pas une assemblée unique?

    Apres on peut dire oui mais a quelle conditions…

    Donc les conditions: on reste dans l europe dans le 73: oui
    on garde les acquis sociaux:oui
    on a les memes droits que les francais :o ui

    Apres, ya des trucs qu on ne sait pas trop:
    le scrutin
    le nombre d’elus

    Mais est-ce que c le plus important?
    Non,bien évidemment…

    qu est-ce kon gagne avec l assemblee unique?
    A l heure ou le budget des doms baisse chaque année, il est bon de mutualiser les budgets et unifier toutes les compétences pour faire des économies d echelles…Et donc de ne pas avoir a payer encore plus d impots locaux..
    On aura forcéments des élus responsables puisque il ne pourront plus se renvoyer le balle entre le département et la région…
    On ne sait pas qui fait quoi parce qu’il ont tous les 2 la compétence du transport et ils ont tous les 2 la compétence génerale…
    DOnc ce sont des pertes d énergie
    Le rapport balladur le dit lui meme que c completement fou de continuer à avoir 2 assemblées!!
    Quand on voit ce qu on risque et ce qu on gagne dans le 73 et les inconnues mineures(scrutin,nombre d élus), il est évident qu’il faut aller vers l assemblée unique…!

     »Cette situation se caractérise par la superposition, sur un même territoire, de deux niveaux d’administration territoriale, le département et la région ; elle illustre à l’extrême l’empilement des structures administratives dans notre pays »

     »Il s’ensuit que, depuis lors, ces territoires, qui ne sont pas particulièrement vastes et peuplés, sont administrés à la fois par un département et par une région, dotés chacun d’une assemblée délibérante, d’un budget et de personnels distincts. Point n’est besoin d’insister sur les inconvénients nés de cette bizarrerie, notamment en termes de coût et de délais de fonctionnement. »

    Répondre

  4. superbaloo972

    17 novembre, 2009 à 13:44

    Allez , je prends un autre exemple, l ile de france a un statut particulier et ne sont pas dans le droit commun et pourtant les parisiens ont leurs acquis sociaux et sont des francais comme les autres non?
    c le RAPPORT DE LA COMISSION BALLADUR QUI A MIS EN PLACE LA REFORME BALLADUR POUR LES COLLECTIVES TERRITORIALES QUI LE DIT!!

    La deuxième particularité de la région Ile-de-France est que celle-ci exerce, à l’inverse, en tant que collectivité locale, des compétences plus vastes que les régions de droit commun.

    http://www.adbdp.asso.fr/IMG/pdf_Rapport_comite_BALLADUR.pdf

    Répondre

  5. superbaloo972

    17 novembre, 2009 à 6:43

    A la base , les DOMS n ont jamais été dans le droit commun au sens strict…
    Les départements métropolitains sont dans l article 72 et les doms sont dans l article 73…
    Les Doms ont des particularités comme l octroi de mer,ou des normes adaptés au climat tropical,des habililitatoins,le fait de pouvoir négocier directement avec des pays de la caraibes…
    Donc ce n est pas une simple assemblée unique dans le 73 qui nous éloignera du droit commun…lol
    Si on veut etre dans le droit commun , commencons par supprimer les 40%, les rabattements d impots de 30%, la défiscalisation.etc…!!!

    Répondre

  6. LESTRADE

    17 novembre, 2009 à 0:55

    J’ai assisté à la réunion de Dynamique 73 au Morne-Rouge et bien sûr ai été surprise par la déclaration de Mme le maire , mais j’ai trouvé cette déclaration courageuse , humble car , cette décision a été prise suite à son écoute toujours attentive de la population.les interventions brillantes et très pésagogiques de jean Crusol et Fred Tirault ont certainement permis à l’assistance de faire un choix judicieux et en connaissance de cause.

    mais peut-on préciser ce qui se passera exactement après le 24 janvier si 73 maintenu et assemblée unique choisie.

    Répondre

  7. grugé

    16 novembre, 2009 à 16:18

    Toutes ces mesures annoncées par la Ministre plaident en faveur du non aux deux consultations le 10 et le 24 janvier prochain. D’autant que certaines voies autorisées font campagne déja pour le Non le 24 janvier et cela ira en s’amplifiant.La droite locale a bien compris que la réforme Balladur la favorisera.Car la majorité des conseillers territoriaux(80%) seront élus au scrutin uninominal à un tour.Ce qui signifie que la droite qui sait se rassembler plus que la gauche lors des rendez vous électoraux n’aura qu’à présenter un candidat par canton pour etre sur de rafler un grand nombre de cantons.La gauche Martiniquaise plus divisée aura du mal à se rassembler surtout en raison du conflit PPM/RDM/MIM PALIMA CNCP.Chaque groupe voudra présenter son propre candidat mais malheureusement si ce mode scrutin uninominal est retenu il n’y aura point de salut pour les petits partis. Et meme le MIM dont les membres n’arrivent pas à se faire élire sur leur nom risque d’etre emporté par cette réforme Balladur si la population votait non aux deux consulations. La droite unie, le RDM, et le PPM sont les seuls partis qui pourraient tirer un bénéfice électorale de la réforme Balladur. à suivre

    Répondre

  8. citizen

    16 novembre, 2009 à 14:26

    Milles bravo pour dynamique 73, je ne sais pas comment moi personnellement je pourrais vous apporter ma contribution, mais je vous félicite.
    Vous contribuez énormement au respect des valeurs démocratique et vous permettez grandement à la hauteur des moyens limités qui sont les votre la tenu de débats de très haute qualité et surtout comme le veut Sarkozy de « vérité ».
    La route est encore longue et au fur et à mesure que la date de la consultation avance, le camp adverse déploie de plus en plus d’énergies, de moyens financiers et humains, multiplie les réunions, meetings et autres rencontre chez l’habitant, passant d’une rencontre par jours à deux où trois, réunions où ils peuvent distiller leur désinformation, leur racisme, leur propagande ultra nationaliste.
    C’est pour cela que je vous soutiens totalement et suis ravi de votre détermination à continuer le combat, multiplier les réunions et rencontres d’informations qui à chaque fois sont un succès et peuvent contrer l’obscurantisme et la pensée unique en marche.
    Autant AMJ voulait entrer dans l’histoire en étant celui dont le nom serait inscrit dans les livres d’histoire comme étant l’homme qui dirigea la Martinique vers son indépendance, autant Dynamique 73 et les autre de bonne volonté seront connu dans l’histoire comme étant ceux qui ont sauvés la Martinique et les martiniquais d’une catastrophe économique, sociale et sociétale annoncée.
    Bravo et continuez, le destin de 400 000 martiniquais sont entre vos mains, nous comptons sur vous.

    Répondre

Répondre à LESTRADE Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Le MAP présente son Manifeste

Le Mouvement des Autonomistes et Progressistes, présidé par Jean-Claude William, a présent…