Accueil Politique - Le site Bondamanjak piraté

- Le site Bondamanjak piraté

bndmjkpirat.jpg

 Voici l’info que l’on peut lire sur la page Facebook de Bondamanjak:

bondamanjak.jpg

 » Le site Bondamanjak a subi hier une attaque de hacker. Nous sommes en train de tout faire pour régler ce problème au plus vite… « 

Charger d'autres écrits dans Politique

11 Commentaires

  1. Géraud

    6 mai, 2010 à 17:44

    Disons que les fonctionnaires sont parfois amenés à faire preuve de zèle et d’outrepasser leur prérogative dans l’application de la loi surtout lorsqu’ils se savent intouchables, comme c’est le cas par exemple pour les forces de l’ordre.
    Cela dit, les autorités centrales s’arrogent aussi des libertés dans l’interprétation et l’application de la loi, qui se traduisent par des actes en violation de celle-ci.
    Souvenons-nous des écoutes téléphoniques illégales ordonnées par François MITTERRAND pour préserver le secret de sa relation extra conjugale et l’existence de sa fille Mazarine, ou encore de l’arrestation illégale « en plein ciel » des indépendantistes de l’Alliance Révolutionnaire Caraïbe qui commettaient de lâches attentats en Guadeloupe et en Martinique dans les années 80, et espéraient échapper à la justice en trouvant refuge dans l’île de Saint-Vincent, et de bien d’autres situations.
    Qui peut douter que les écoutes téléphoniques illégales pratiquées par l’Administration, perdurent de nos jours dans les territoires d’outre-mer sensibles politiquement alors que la loi l’interdit formellement ?
    S’il est peut-être exact que « les lois anti-juives en Allemagne n’autorisaient nulle part la répression systématique, les meurtres arbitraires et surtout l’extermination » et transgressaient les accords internationaux signés par l’Allemagne nazie, il faut reconnaître que le propre de l’Etat de droit c’est de faire croire à l’autre qu’il peut se prévaloir d’un arsenal juridique à sa disposition pour se défendre contre l’arbitraire devant les tribunaux.
    Ce qui se révèle tout à fait illusoire à l’épreuve des décisions rendues, puisque les juridictions n’ont d’impartialité que le nom.
    Et le justiciable insatisfait, peut interjeter appel, se pourvoir en cassation, par l’intermédiaire de son avocat pourtant rompu à la chose juridique, mais rien n’y fait, il est toujours débouté de sa requête et condamné.
    L’Etat de droit, dans les territoires dominés, n’est jamais en faveur de ceux qui y sont originaires en dépit des textes juridiques qui sont sensés les protéger.
    Ce n’est pas le combat de David contre Goliath mais celui de la pierre contre la mitraillette tant le rapport de force est profondément inégal.
    La notion d’Etat de droit donne lieu souvent à interprétation élogieuse mais il est fondamental de la cerner dans toute son acception surtout dans les territoires sensibles politiquement pour s’apercevoir que sa légitimation, sa crainte et sa non contestation, avec ses forces et faiblesses par l’autre en position de dominé, expliquent que des sujets d’actualité factuels n’ont comme unique but que de nourrir l’Etat de droit dans les grands médias détenus par des hommes, non originaires du territoire dominé, qui œuvrent en coulisse, en dépit de l’occupation de postes de direction par des autochtones compétents certes mais TO-TA-LE-MENT manipulés à leur insu.
    Le récent débat sur la liberté de la presse en Martinique n’est en réalité qu’une diversion pour ne pas aborder cette question centrale de la manipulation des journalistes Martiniquais par des personnes qui militent en coulisse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- Agenda de M-L. P du 8 au 13 novembre 2010

Lundi 8 novembre 11h00 Entretien avec le Président de la République et les grands élus de …