Accueil Politique Evolution institutionnelle Guadeloupe : Sarkozy laisse nos élus jouer encore..

Guadeloupe : Sarkozy laisse nos élus jouer encore..

nicolassarkozy10357657zlodw1713.jpg

En priant les élus de poursuivre leur réflexion pour un projet de société guadeloupéen, le président de la République semble leur donner le choix entre une évolution à la martiniquaise avec une consultation populaire ou la réforme territoriale sans aménagement notoire.

Victorin Lurel estimait s’en être « sorti par le haut, dans un compromis plus que raisonnable (…) Nous avons donc jusqu’en 2014 pour aboutir à un compromis institutionnel répondant aux vœux des élus et de la population. Le Congrès devrait donc se réunir à nouveau pour poursuivre ses réflexions… » Gabrielle Carabin a indiqué qu’il fallait maintenant « proposer à la population ce que nous voulons effectivement : une assemblée unique dans l’article 73, une collectivité unique dans ce même 73 ou une autre collectivité dans le cadre de l’article 74 ? Il me semble que les Guadeloupéens préfèrent l’assemblée unique dans le 73. » La réforme territoriale s’appliquera tant qu’aucune réunion du Congrès ne dira ce que les Guadeloupéens veulent. « Une Assemblée unique ? demande Lurel… Des parlementaires sont pour une Collectivité unique. Nous reprendrons selon notre tempo ces réflexions là. Les délais qu’on nous avait donnés courent toujours, donc on revient à l’épure initiale. »

Le rendez-vous n’a pas été du goût de la sénatrice Michaux : « Ce déplacement pour moi est une perte de temps. Il va falloir qu’on se revoit, qu’on discute, qu’on palabre… » Jeanny Marc a lâché la phrase : « Il faut qu’on se mette au travail et que nous produisions quelque chose de concret. » Même son de cloche chez Daniel Marsin : «  Qu’on fasse un ou deux Congrès et une proposition consensuelle et progressiste qui tienne la route. Je suis bien content que le président ait accepté de ne pas siffler la fin de la partie. Et comme nous n’avons pas assez travaillé, mettons-nous au travail ! » Le président de la République semble pencher, selon Jacques Gillot, pour que la Guadeloupe s’inscrive dans la même démarche que la Guyane et la Martinique avec une collectivité unique. Quant à Marie-Luce Penchard, interrogée sur sa préférence, elle a indiqué : « En ma qualité de ministre chargée de l’Outre-mer, il ne m’est pas possible pour l’instant de siéger au conseil régional puisque je devais à un moment donné porter ces questions institutionnelles. »

FXG (agence de presse GHM)

Charger d'autres écrits dans Evolution institutionnelle

Un commentaire

  1. mbt

    5 août, 2011 à 23:09

    Moody’s Investors Service and Fitch Ratings affirmed their AAA credit ratings on Aug. 2, the day President Barack Obama signed a bill that ended the debt-ceiling impasse that pushed the Treasury to the edge of default. Moody’s and Fitch also said that downgrades were possible if lawmakers fail to enact debt reduction measures and the economy weakens.
    JS Wings GID

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- Raphael confiant à Félix Petit : la Nation martiniquaise s’occupera de votre sort et celui de vos congénères

Raphael Confiant : Membre de Objectif 74  jeudi 17 décembre 2009 par la rédaction de Montr…