Accueil Politique - Décryptage : Joseph Virassamy

- Décryptage : Joseph Virassamy

jv1.jpgPost de Albert Joseph 

Ce que dit aujourd’hui Joseph Virassamy, c’est ce que lui et ses amis du NON ont été interdits de dire pendant la campagne officielle de la consultation populaire du 24 janvier 2010. Il n’est pas contestable que si les partisans du NON à la consultation du 24 janvier 2010 avaient pu présenter aux électeurs les arguments de Joseph Virassamy, le résultat eut pu être totalement différent. Ces partisans du NON étaient OFFICIELLEMENT EXCLUS du débat télévisé : il n’y eut donc pas débat, mais seulement UNE PROPAGANDE POUR LE OUI.

Fait significatif : le journaliste de l’émission « DECRYPTAGE » s’est dit ébranlé par les arguments de JV mardi matin sur Martinique Première. C’est un aveu d’ignorance de la part de celui qui mène le débat matinal le plus suivi de la Martinique.
 
De surcroît, à l’avant-veille du scrutin, le président de la République s’était invité dans la campagne électorale alors qu’il se trouvait à la Réunion. Les plus âgés savent le ramdam intervenu en métropole lorsque le général de Gaulle avait voulu s’exprimer à la veille du référendum de 1969. Toute la presse nationale, et tous les partis politiques d’opposition étaient montés au créneau et crié à la dictature. On sait qu’en cas de référendum, les partisans du OUI et d NON ont toujours le même temps de parole. De surcroît, le Président de la République a tenu des propos qui ont pu déterminer les hésitants à voter OUI ou a ne pas se rendre aux urnes. Ces propos ont porté sur un élément déterminant de la Constitution : le nécessaire consentement de la population. Les martiniquais ont-ils donné leur consentement pour la suppression du département et la région ? C’est très clairement non. Ils n’ont donné leur accord que pour une assemblée unique.En effet, le président de la République avait déclaré qu’il était hors de question de supprimer ces deux institutions et qu’il ne laisserait pas détourner le vote des Martiniquais. Or c’est très exactement le contraire qui est fait par le président de la République. Nicolas Sarkozy a donc manifestement induit en erreur la population martiniquaise. En effet, forts de la parole présidentielle et de l’assurance donnée par cette parole, les martiniquais ont choisi, pour une faible part de voter (30% de participants) et dans leur grande majorité de ne pas se rendre aux urnes. La démocratie n’a pas trouvé son compte au cours de la consultation du 24 janvier, et le vote des 30% de votants a été détourné par le Président de la République.
 
En conséquence, si les hautes juridictions ne sont pas inféodées par le pouvoir, Joseph Virassamy a de réelles chances de remporter cette bataille POUR LA MARTINIQUE et les MARTINIQUAIS. Il est vrai que lorsque les autorités du CSA permettent que les partisans du NON à la consultation populaire soient écartés de la campagne radiotélévisée, contrairement au référendum, on peut craindre que la haute justice administrative ne soit domestiquée par le pouvoir.
 
Cependant il est possible que la grande faiblesse qui caractérise actuellement le gouvernement conduise celui-ci à desserrer l’étau et à être moins directif dans sa volonté d’imposer aux Martiniquais un statut qu’ils n’ont pas souhaité. 
 
Le MODEM, a quant à lui lancé une pétition contre le projet du gouvernement.

http://www.mesopinions.com/La-Martinique-collectivite-unique-soumis-au-meme-droit-que-toutes-les-collectivites-territoriales-francaises—petition-petitions-a4dbe584e5ab32eda5509b80c95c06f1.html  “

Albert Joseph

Charger d'autres écrits dans Politique

10 Commentaires

  1. Moïse

    26 février, 2011 à 0:35

    @Ebèbel

    Je préférerais qu’il te réponde lui-même directement, pour moult raisons, mais on se souvient bien que les raisons du Non ou du Oui comme en décembre 2003 étaient très variées selon les partis politiques et souvent relevaient d’avantage de la stratégie politique en raison de la proximité des élections régionales que de l’information à la population. Mais qu’elle information ? En fait tout cela s’est passé dans une formidable pagaille ! La confusion entre « assemblée unique » et « collectivité unique » a marché à plein régime que ça soit dans la bouche des élus comme des journalistes, et jusqu’à ce jour encore on l’entend un peu partout. Parfois de bonne foi mais pas toujours.
    Sinon Ebèbel, je ne suis pas du tout à l’aise dans le rôle de défenseur de JV, mais quand un homme à raison il faut admettre qu’il à raison, point final, on ne peut pas nier l’évidence. Et l’évidence aujourd’hui c’est que JV est le seul, à combattre efficacement et activement la mise en place de cette CU pour laquelle les martiniquais n’ont pas donné leur consentement. Silence sur les ondes au MIM RDM et autres PPM, en fait ils attendent tous et peut-être même SARKO que JV fasse le boulot.

    Répondre

  2. ébébèl

    25 février, 2011 à 21:18

    @ Moïse

    Si tu permet , je vais m’arrêter sur cette partie en jouant le rôle du candide ou de l’avocat du diable.

    Tu écris:
    « JV y explique que les défenseurs du non ont été écartés par un simple décret de Sarkosy de toute possibilité de propagande, sous le seul prétexte qu’ils n’avaient pas d’élus. Tu trouves cela normal ? »

    Des défenseurs-du-non-avec-élus, il y en avaient une ribambelle.

    Pourquoi JV n’a pas tenté de les rejoindre pour faire entendre sa voix ? est à dire qu’aucun des défenseurs-du-non-avec-élus ne trouvaient grâce à ses yeux ?
    Ensuite était-ce concrètement et matériellement possible que chaque citoyens qu’ils soient pour le oui ou pour le non, puissent sur chaque radios , télés et autres médias du pays faire leur propagande alors que ces même citoyens ont des élus et des partis pour représenter leurs opinions ?

    Peux-tu, si tu le veux bien, m’éclairer sur ces points.
    Merci à toi.

    Répondre

  3. Moïse

    25 février, 2011 à 19:49

    @ Ebèbèl
    La politique c’est comme en informatique.
    Première règle élémentaire de sécurité : on réfléchit d’abord puis on clic et pas l’inverse.
    Deuxième règle: Les fichiers/programmes c’est comme les bonbons, quand ça vient d’un inconnu, on n’accepte pas.
    JV son programme on le connaît maintenant je crois, il est tout sauf inconnu. Je n’en dirais pas autant des élus locaux actuels qui ne savent même pas eux-mêmes où ils nous entraînent.
    Si tu as regardé comme tu le dis « avec attention son intervention dans l’émission » JV y explique que les défenseurs du non ont été écartés par un simple décret de Sarkosy de toute possibilité de propagande, sous le seul prétexte qu’ils n’avaient pas d’élus. Tu trouves cela normal ?
    En tout cas cela peut largement suffire à EXPLIQUER et mieux encore à JUSTIFIER d’une part son engagement et d’autre part qu’on s’engage avec lui si on partage ses opinions. J’espère que mes explications suffiront à t’éclairer, parce que pour Annick son cas est désespéré, son pseudo est d’ailleurs tout à la fois un aveu et une plaidoirie, et je n’ai pas l’impression que ça va s’arranger avec le temps. D’autant plus que le problème semble surtout d’origine cognitive.

    Répondre

  4. ébébèl

    24 février, 2011 à 15:53

    Je ne veux pas jouer à l’oiseau de mauvaise augure
    mais concernant ce combat mené par monsieur Virassamy ,j’ai de sérieux doute quant à un résultat positif.

    J’ai regardé avec attention son intervention dans l’émission
    « décryptage » et ce dernier donne l’impression d’utiliser cette affaire comme base de lancement à ses ambitions politiques et non comme une simple initiative citoyenne.

    Toutefois, restant attaché à la démocratie, je serai le dernier à l’empêcher d’aller au bout de son combat.

    J’attends donc de voir où tout cela va le mener.

    Répondre

  5. Annick Passouvant

    24 février, 2011 à 9:01

    Il était temps, lumière des temps modernes !

    Répondre

  6. Moïse

    24 février, 2011 à 8:05

    @ Annickpassouvant
    Je commence à comprendre ce qui attire votre ami Rico chez vous.

    Répondre

  7. inconnu

    24 février, 2011 à 7:44

    une konnasse ki ka dékonné, ka fè dékonné tout’ lè zot konnasses. Pa dékonné konasse.

    Répondre

  8. annickpassouvant

    24 février, 2011 à 7:16

    Zot’ pa fini anmerdé moun’ ?

    Répondre

  9. Moïse

    23 février, 2011 à 23:35

    Il est dans le fait que c’est une oligarchie qui dirige la France. Ils ont des moyens, des réseaux, des informations qui leur permettent d’accaparer à leur profit tout ce que la république met à la disposition de la démocratie et Ils en profitent insolemment.. Ils contrôlent toutes les filières et accumulent tous les mandats dépouillant le peuple de tout ce qui devrait lui appartenir : son argent d’abord mais aussi son pouvoir, sa parole. Il faudrait d’abord supprimer le cumul des mandats : un seul à la fois et non renouvelable.
    Et c’est exactement ce modèle d’oligarchie politique que nous prévoit cette assemblée unique, les élus locaux se sont arrangés avec le foutriquet de l’Elysée pour pérénniser et affermir leur pouvoir sur notre ile. Ils ont endormi la population avec ce discours sur la responsabilisation. Nous subissons déja une oligarchie économique historique en Martinique bientôt viendra s’y rajouter une oligarchie politique. C’est pour cela qu’il faut lutter contre l’application de cette CU, il n’est pas trop tard. Et dans cette affaire le MIM le RDM et le PPM sont les complices locaux de Sarko.

    Répondre

  10. Moïse

    23 février, 2011 à 15:08

    Peu importe d’oû qu’elles viennent toutes les initiatives qui viendront soutenir ce combat contre cette gabegie administrative, cette trahison de nos élus locaux et du président de la république sera la bienvenue, car il en va de l’honneur et de l’intérêt général de la Martinique, on est loin des petites querelles de partis, de la dénonciation de petits scandales locaux, ce combat se situe à un niveau bien supérieur : LE VOTE DES MARTINIQUAIS A ETE DETOURNE !

    Répondre

Répondre à Annick Passouvant Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- Le bulletin du PRM

Le 20 juillet dernier, Chantal MAIGNAN, présidente du PRM et conseillère régionale se féli…