Accueil Politique Collectivité Unique : Virassamy sollicite Lurel afin d’alerter les parlementaires de l’assemblée et du sénat

Collectivité Unique : Virassamy sollicite Lurel afin d’alerter les parlementaires de l’assemblée et du sénat

Lettre ouverte à Victorin LUREL

Par Joseph VIRASSAMY

Cher Camarade

Je fais appel à toi camarade afin que tu alertes les parlementaires de notre parti, à l’Assemblée et au Sénat, au sujet du projet de loi concernant ladite collectivité Unique (CU), ci-devant « COLLECTIVITE de MARTINIQUE ».

Je m’adresse à toi car je sais toute ta prudence et ta sagesse en ce qui concerne la Guadeloupe, avec le seul choix de l’ASSEMBLEE UNIQUE. Mais je sais aussi que tu résistes vaillamment aux assauts du Président de la République qui voudrait vous balancer dans le même piège que la Martinique.

Les points qu’il conviendrait de souligner à nos amis parlementaires sont les suivants. Ils sont au nombre de deux, avec une remarque subsidiaire :

1°) L’arrêt du 19 juillet du Conseil d’ETAT

Dans cet arrêt, le CE a disposé que la question posée le 24 janvier 2010 portait « sur la création en Martinique d’une ASSEMBLEE UNIQUE pour le Département et la Région».

Cet arrêt est devenu définitif le 19 août 2010. On aurait pu croire à une « erreur matérielle » de la part du CE, mais cette interprétation de la question est parfaitement logique, Elle découle de l’analyse faite par le président de la République lui-même, de l’expression « collectivité exerçant les compétences du Département e t de la Région » dans son discours du 19 janvier 2010 à la Réunion. Il y explique que la Martinique resterait un Département même si les martiniquais répondaient OUI le 24 janvier. Il avait donc choisi la deuxième alternative de l’alinéa 7 de l’article 73, soit l’ASSEMBLEE UNIQUE. C’est le raisonnement du CE.

Aussi, en vertu de cet arrêt, la création d’une « CU se substituant au département et à la Région » est d’ores et déjà impossible. Cependant le Président de la République continue son bluff, tentant de passer en force, aidé en cela par les élus locaux favorables à cette évolution, malgré le vote du 10 janvier de la population.

2°) La question du « consentement »

Mais il y a plus grave. Et je pense qu’aucun parlementaire ne saurait voter un tel texte, contraire à la constitution, tout juste peut-être ceux de Martinique ! Tu remarqueras d’ailleurs, mon cher Victorin, que les deux assemblées de Martinique ont examiné les textes, selon la procédure d’urgence – et pourquoi donc une telle urgence !! – et que pas un seul de nos élus, n’a soulevé cette énormité des textes soumis à eux. C’est peu dire de leur volonté forcenée de vouloir, à tout prix, fourguer ce statut de quasi-indépendance à notre île, alors que le 10 janvier, 80% de la population avait dit son attachement à la France.

 

Donc ce projet de loi est contraire à la constitution pour la raison suivante :

La population Martiniquaise n’a pas donné son « CONSENTEMENT » à la création d’une CU se substituant au département et à la Région.

Tout simplement parce qu’on ne lui a pas posé cette question. Or ce consentement est obligatoire selon l’article 73 de la constitution.

En effet la « création d’une collectivité exerçant les compétences du Département et de la Région » ne signifie pas « se substituant à » comme l’a expliqué le Président de la République lui-même : « ..Quelle que soit leur réponse, la Martinique gardera donc son statut de département… »

J’ai donc déposé, courant février, une deuxième requête auprès du tribunal administratif de Fort de France, visant à faire annuler ce projet de loi et tous les actes administratifs jalonnant le trajet de ce projet de loi. Absence de base légale !!!

Nous verrons si le Président continue son Bluff, en faisant « comme si » la CU était inéluctable. Comme d’ailleurs le font tous les élus locaux de Martinique, qui continuent à aller à contresens des désirs de la population. Ce qui est , pour le moins , surprenant.

Du reste tu remarqueras qu’en 2003, il y avait l’expression »se substituant à » dans la question, que cette expression a disparu dans la question de2010, et que miraculeusement, elle réapparait dans le projet de loi. Quel prestidigitateur notre président !!

C’est donc, si la majorité UMP à l’Assemblée faisait voter un tel texte, un véritable camouflet qui serait infligé au Président par le Conseil Constitutionnel.

A l’appui de ce message à nos parlementaires, tu pourras leur faire remarquer la statistique suivante :

30% de votants ont donné 68 % au OUI, le 24 janvier, après que les partisans du NON ont été exclus de la campagne officielle par un tour de passe-passe de notre président prestidigitateur. Ca fait 1 martiniquais sur 5 qui aura voté OUI, parmi lesquels une forte majorité a cru, à la suite d’une campagne mensongère et unilatérale, voter pour l’Assemblée Unique par souci de simplification administrative. Au total moins de 1 martiniquais sur 10 aura décidé de la création éventuelle d’une CU.

Ce qui fait peu pour un tel bouleversement qui voit surgir un texte créant carrément un mini « ETAT de Martinique » avec un petit Gouvernement de 9 membres, un petit parlement de 51 membres, une disposition (page 2 de l’exposé des motifs) rendant secondaire le droit commun, une autre disposition (page 46 de l’étude d’impact) prévoyant le largage financier de ce mini-Etat.

On voit que ce texte a tout prévu pour virer la Martinique de la République Française, l’objectif final de Nicolas SARKOZY !!!

Cher Camarade LUREL, au nom de tous les Martiniquais qui refusent cette perspective, et face à la défaillance de tous nos élus, je te confie, à toi élu Guadeloupéen, cette mission citoyenne et Républicaine.

Amitiés socialistes

Le 10 mars 2011

Joseph Virassamy, section de Fort de France

Charger d'autres écrits dans Politique

16 Commentaires

  1. MEMSHINHE

    13 mars, 2011 à 9:44

    @Ebebel
    J’ai un ami linquiste suisse, blanc comme neige, marié à une martiniquaise, vous seriez surpris de voir a quel point il maitrise le créole parlé et écrit !

    Répondre

  2. ébébèl

    13 mars, 2011 à 9:21

    Vous vous méprenez sur beaucoup de points.

    déja pou yonn, annou pran’y an kréyol si ou lé.

    Tou sa an ja matjé a ni an forme épi an fon.
    ou pa dako épi forme la, pa ni pwoblem.

    Mé ou pa kay fè mwen chanjé lidé ki minm si yo ka di « débouya pa péché »; Kouss kouri kon fômi fol missié virassamy lé fè a,
    ka manjté tibrin rèspé ba tout politik ki ka travay matnik.

    Alô tèlman yo fou , tèlman yo pa bon…ki missié virassamy pa ka ba yo piès konfians , pa an ti chanss di montré pèp matnik ki yo kabab dirijé péyi a. ki 73, 74 , ki inik , ki pa inik.
    Tèlman nèg gwadloup pli bon, pli intélijan ki yo, ki fok voyé lèt ki matjé : « pléré an ka pléré » .

    Katjilé ki moun ki pa ka kwè an péyi a ek an moun péyi a.

    Missié virassamy ni dwa ni la fwa adan nèg gwadloup , poutji pa.
    Mwen tou.
    Mé mwen pa ka pèd fwa adan nèg politik matnik.

    Domino ka rimé anpagal, mé pa ka jwé anpagal.

    Répondre

  3. MEMSHINHE

    13 mars, 2011 à 7:44

    @ Ebebel
    Je me demande si vous êtes réellement d’origine martiniquaise, voyez vous malgré nos divergences en Martinique, nous partageons un certain nombre de valeurs communes, et je peux vous affirmer qu’il ne viendrait pas à l’esprit d’un vrai martiniquais de proposer de rejeter à la mer l’un des nôtres sous prétexte que nous ne partageons pas les mêmes idées. Je suis quasiment certain que vous n’êtes pas l’un des nôtres. Votre façon de penser nous est étrangère.
    D’ailleurs dans quel pays peut-on voir ce type de comportement ou un autochtone envisage d’exiler un des siens ! Surtout s’il se prétend animé de valeurs patiotiques !

    Répondre

  4. ébébèl

    12 mars, 2011 à 16:34

    Ce que glondu semble ignorer , c’est que Monsieur Lurel a un peu plus de respect pour les députés martiniquais.
    Monsieur Virassamy ferait bien d’en prendre de la graine.

    Mais que diraient les guadeloupéens ou les guyanais si demain un député Martiniquais allait en mission à l’assemblée ,à la demande d’un individu qui ne représente que lui-même, pour contester un point institutionnel les concernant ?

    Voyons un peu de sérieux ! la situation est déjà assez compliquée.
    Que monsieur Virassamy se ressaisisse et cherche d’autres méthodes pour son combat.

    Répondre

  5. Georges GLONDU

    12 mars, 2011 à 7:09

    Ce qu’ebebel semble ignorer, c’est qu’un député n’est pas élu uniquement pour défendre sa circonscription.
    En effet, les députés sont amenés à s’exprimer pour tout ce qui concerne l’ensemble des territoires de la République lors des débats parlementaires, et c’est justement dans l’optique de ce débat que JV alerte V.LUREL.

    Répondre

  6. Moïse

    11 mars, 2011 à 6:54

    ” fouté tjou’ou gwadloup si ou pa kontan ! ”
    @ Ebébel
    C’est ça, et puis après nous passerons à l’étape suivante l’épuration ethno-génétique, pour définir qui est ou qui n’est pas un pur martiniquais, on fera le tri « pays la sé tan nou, sé pa ta yo » …
    N’importe quoi !

    Répondre

  7. chantal

    11 mars, 2011 à 3:04

    à mon avis, c’est pire que l’affaire du « chat en sac »…Il faut surveiller nos affaires, dans les années 80, le conseil d’Etat s’était déjà prononcé sur l’anti-constitutionnalité de l’assemblée unique, je ne dis pas que Virassamy a raison, mais a t-il vraiment tort ? Par les temps qui courrent, prudence est mère de sureté…

    Répondre

  8. ébébèl

    10 mars, 2011 à 23:37

    Le fait de se rassembler n’est pas l’objet de l’initiative de Monsieur Virassamy.

    Envoyer Monsieur Lurel en mission pour ouspiller un point institutionnel lié à la Martinique est ridicule!

    Je veux bien que virassamy soit en campagne électoral, je veux bien que ce dernier ne soit pas d’accord avec l’intitulé du texte et je respecte son combat, mais de là à embrigader un responsable politique guadeloupéen qui a déjà fort à faire à Paris pour défendre sa région…fallait oser.

    De plus, il est naïf d’imaginer que Monsieur Lurel perdra son énergie et son temps à jouer au rassembleur institutionnel.
    De la coopération régional pourquoi pas..pour le reste, faut pas pousser.

    Monsieur Virassamy pourrait très bientôt entendre le mauvais vent du  » fouté tjou’ou gwadloup si ou pa kontan !  »
    souffler à ses oreilles.

    Répondre

  9. Moïse

    10 mars, 2011 à 20:51

    Ce qui est ridicule Ebébel, c’est de croire que la situation en Martinique est différente de celle de la Guadeloupe, et que chacun pour soi la tête dans son petit panier de sable on s’en sortira mieux que rassemblé. D’ailleurs Sarko l’a parfaitement compris qu’il fallait pour mieux les enfumer tous les prendre séparément par la flatterie ces « outres-merdes » pour parler comme CON-FIANT.

    Répondre

  10. ébébèl

    10 mars, 2011 à 17:42

    Mais qu’est ce que Monsieur Lurel doit venir faire dans cette histoire ?

    Monsieur Lurel qui a déjà bien assez à faire en Guadeloupe va en Mission pour la Martinique ?

    Non mais ! missié virassamy pati pou tèt ?

    c’est RI-DI-CU-LE !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- Calendrier de Marie-Luce penchard avec nos parlementaires

Lundi 27 septembre  17h00 Entretien avec M. Serge LETCHIMY, président du conseil régional …