Accueil Politique - La MORT annoncée de la Collectivité Unique

- La MORT annoncée de la Collectivité Unique

Joseph VIRASSAMY

La Collectivité Unique vadrouille entre les élus de Martinique, le Gouvernement et les assemblées comme une putain dans un monde sans trottoirs.

Cela fait déjà un bon moment que des vents mauvais rodent au dessus de la tête de cette CU. A vrai dire, ceux qui l’ont porté sur les fonds baptismaux ont tout fait pour qu’il en soit ainsi, à trop vouloir la bâtir dans la boue du déni démocratique.

La toute simple morale n’était pas de son côté : devoir répondre par OUI ou NON et s’organiser pour expulser les partisans du NON du débat, c’était mettre un méchant virus dans l’œuf. C’était rendre ce projet indéfendable par qui tenait à la morale et au respect dû à l’électorat.

Cette morale et ce respect n’était pas donc pas du côté, ni de SARKOZY, ni de ceux qui dans les deux assemblées locales de Martinique ont, toute honte bue, approuvé ce projet de loi.

Aussi me voilà réconforté par la volonté affichée du Parti Socialiste de revenir à une pratique plus saine de la Constitution, en matière d’évolution institutionnelle de la Martinique, et par son engagement à revenir sur cette affaire.

Car ce texte sur les « Outre-mer » emporte plusieurs conséquences. Reprenons la partie ci-dessous de ce programme :

- En matière institutionnelle, respecter la volonté des populations, accroître la décentralisation

Contrairement aux gesticulations politiciennes du Président de la République, pour les socialistes, la question institutionnelle outremer ne se pose plus dans les mêmes termes qu’avant 1997 puisque que nous avons partout contribué à la résoudre en recherchant des voies consensuelles et respectueuses des populations.

 

Nous n’avons aucune raison de revenir sur les principes fondamentaux de la loi d’orientation du 13 décembre 2000, votée à l’initiative du gouvernement de Lionel Jospin et que Jacques Chirac, après les avoir combattus, s’était résolu – pour partie du moins – à introduire dans la Constitution. Ces principes sont simples : oui au droit à l’évolution statutaire dans la République à condition que soit recueilli, par référendum, le consentement préalable des populations intéressées. Nous ferons vivre ces principes en revenant à l’esprit qui y présidait alors : des consultations claires et loyales ce qui suppose que les grands lignes du changement statutaire proposé soient connues avant la consultation et non ultérieurement. Droit à l’évolution dans la République comme droit à privilégier le droit commun, en évitant que ce dernier ne conduise à des situations aberrantes, comme tel serait le cas si devait prospérer le projet gouvernemental du « conseiller territorial », réforme que nous avons promis d’abroger en 2012. Cette question statutaire se pose évidemment en termes…. »

Donc :

1) L’actuel projet de loi, et la consultation qui l’a précédée sont classés au titre de « gesticulation politicienne », et sera donc traité comme tel.

2) Le PS considère que le « consentement » de la population n’a pas été obtenu le 24 janvier 2010, et que la question n’était ni claire, ni loyale :

« …. à condition que soit recueilli, par référendum, le consentement préalable des populations intéressées. Nous ferons vivre ces principes en revenant à l’esprit qui y présidait alors : des consultations claires et loyales…. »

3) Le PS propose de « REVENIR » sur la question de 2010 et de poser, cette fois une question « CLAIRE » et « LOYALE »

4) Le PS propose tout le contraire du « chat en sac » que nous a sorti SARKOZY, ce qui est une preuve du respect que nous n’avons cessé de réclamer : si projet il y a, il sera proposé au préalable à la discussion démocratique.

5) Le PS reconnait notre droit à privilégier le « droit commun », si tel est le souhait de la population : c’est tout le contraire de faire du 74 sous couvert de 73, comme s’est acharné à le faire le largueur SARKOZY.

A la lumière de ce texte, chacun peut se rendre compte de la distance qui le sépare de toutes les manigances concoctées à l’Elysée pour nous jeter hors la République.

Pour ceux qui n’avaient pas encore compris, ce texte, par opposition, dévoile le vrai dessein de l’actuel projet de loi, dont on se demande d’ailleurs qui le défend encore !!

Et donc, s’il se trouve encore un clan pour voter SARKOZY à la prochaine présidentielle, ici en Martinique, il ne peut venir que de chez les indépendantistes.

Les sondages portent à croire que le règne de l’actuel occupant de l’Elysée est en voie d’achèvement….et tout doucement se taisent les voix qui murmuraient tout bas : « on ne peut plus rien faire contre la Collectivité Unique »

Oui, on pouvait crier son indignation, réclamer qu’on respecte le peuple, écrire cela, toujours et encore, se présenter à toutes les élections pour parler à la population, ne jamais se décourager même dans un cri solitaire. Tout simplement croire qu’on était juste au débusqué de la malveillance de l’actuel Président de la République.

Joseph VIRASSAMY

Charger d'autres écrits dans Politique

5 Commentaires

  1. Doudoune

    8 juin, 2011 à 10:48

    Hé oui, c’était un « petit corse » plein de scélératesse, les parents de sa créole avaient besoin d’esclaves pour travailler dans leurs plantations…Alors, en deux temps, trois mouvements, il rétablit l’esclavage… hé oui, hé oui …Pour l’intéret des uns, on s’asseoit sur l’intéret des autres!

    Hé oui, on n’a pas la taille, mais on a le pouvoir…et si on est scélérat, alors malheur!

    Répondre

  2. inconnu

    8 juin, 2011 à 9:42

    En effet, s’il faut chercher des gens géniaux et des idées géniales et bien sûr un modèle politique génial ce n’est pas la Corse qui doit inspirer. C’est ne rien n’avoir à faire des martiniquais que d’accepter qu’ils prennent exemple sur la Corse ! C’est même se moquer d’eux ! Les Guyannais, seraient-ils des gens plus avertis ?

    Répondre

  3. Ma'm Soleil

    8 juin, 2011 à 7:58

    Le ciel au dessus de la tête du Président en place, n’est ni tout à fait sombre, ni tout à fait bleu! Nous ne serons fixé qu’au soir du second tour des élections présidentielles de 2012. Il ne faut surtout pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, sage prudence!

    En l’état actuelle des choses il faut surtout S’INQUIETER: du choix DU MODELE CORSE pour la Martinique.

    Nous savons tous comment les choses se passent sur cette île…A bon entendeur salut!…

    On ne peut laisser s’installer UN POUVOIR EXECUTIF MAFIEUX en Martinique !

    OR, moi, Ma’m Soleil, ce que je vois clairement dans ma boule de cristal : C’est LA MARTINIQUE tombant

    entre les mains de MAUVAIS ESPRITS se partageant ENTRE EUX les intérets :financiers, politiques et économiques dont

    devrait profiter l’ensemble de la population. Population qui pour l’instant a encore le sentiment de connaître :

    l’équité, et un semblant de démocratie.

    Je vous le dis ce choix du MODELE CORSE pour la Martinique, C’est LE PIRE DES CHOIX !

    Dernièrement, les responsables martiniquais ont fait un très, très mauvais choix au Sénat

    Répondre

  4. ébébèl

    1 mai, 2011 à 18:56

    @ virassamy

    - Pensez vous réellement qu’une éventuel PS au pouvoir en France reviendra sur cette consultation qui vous empêche de dormir ?

    - Croyez vous vraiment qu’un éventuel PS au pouvoir en France se mettra à dos le groupe « ensemble pour une Martinique nouvelle » qui détient la région, le département et qui est déjà entrain de préparer LA COLLECTIVITÉ UNIQUE tout comme la Guyane ?

    C’est bien de faire de la politique-fiction mais restez dans la limite du raisonnable.

    Dépasser cette limite et vous tombez dans le ridicule.

    Répondre

  5. Moïse

    1 mai, 2011 à 17:12

    « faire du 74 sous couvert de 73″

    Commencerait-on à entrevoir les contours d’une certaine troisième voie ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

- Cantonales : COMMUNIQUE du PRM

COMMUNIQUE ELECTION CANTONALE DE SCHOELCHER Le Parti Régionaliste Martiniquais appelle le…