Accueil Environnement La commune du Prêcheur engage sa quatrième reconstruction

La commune du Prêcheur engage sa quatrième reconstruction

pont du precheur

Je vous invite a prendre connaissance de l’article du MONITEUR retranscrit ci-dessous et de celui de la revue sur mesure en suivant ces liens: https://www.lemoniteur.fr/article/le-littoral-en-transition-dix-ans-apres-xynthia-le-precheur-engage-sa-quatrieme-reconstruction-2-5.2075419      http://www.revuesurmesure.fr/issues/reprendre-la-ville/douze-mois-au-precheur

Le littoral en transition, dix ans après Xynthia : le Prêcheur engage sa quatrième reconstruction (2/5)

Sur la côte ouest de la Martinique, les architectes-urbanistes Philippe Madec et Antoine Petitjean guident ce second épisode du feuilleton de la semaine, consacré à l’aménagement du littoral, dix ans après la tempête Xynthia. La relocalisation du village du Prêcheur les ramène à l’essence de l’urbanisme résumé en deux mots : « établissement humain ».
« Ici, notre sujet, c’est la vie et la survie. Face aux tsunamis, à la montée des eaux, aux éruptions associées à des pluies ardentes, aux tremblements de terres sur des sols liquéfiés, il n’y a pas de déni collectif possible ».
Missionné depuis octobre 2018 par le plan urbanisme, construction et architecture (Puca) pour reloger la moitié des 1500 habitants du Prêcheur, le groupement associant Architectes-urbanistes, paysagiste, sociologues et anthropologues autour de Philippe Madec pose le décor : un village en étau entre océan et volcan.

Paradis et enfer
Après chaque destruction, les hommes reviennent sur ce littoral, où la nature réunit ses formes infernales et paradisiaques. Du côté lumineux, la carotte et le poisson, qui se partagent l’emblème du village, résument les richesses offertes par la terre et la mer.
Du côté obscur, jusqu’aux 200 m de côtes disparus après le passage du cyclone Lenny en 1999, après les tremblements de terre qui ont anéanti la ville de Saint-Pierre dans les années 1930 et l’explosion de la Montagne pelée en 1902… Les drames du XXème siècle restent présents dans les mémoires, comme l’indique le nom attribué au nouveau projet par le maire Marcellin Nadeau : « La quatrième reconstruction » …

Intelligence collective
La captation de l’intelligence collective des habitants passe par la promenade programmatique, le dimanche à la sortie de la messe : « Le maire lui-même y a découvert de nouveaux secrets sur son propre village », racontent les architectes et urbanistes.
Une fois la confiance instaurée, la puissance de l’oralité, valeur immémoriale du peuple martiniquais, donne aux concepteurs les ingrédients du projet : « Ici, on habite une rue autant qu’une maison, et personne n’imagine déménager sans son voisin », rappelle Philippe Madec.
La méthode de la promenade, associée à des ateliers participatifs plus formels, aboutit à une reformulation du programme : conformes à l’identité multipolaire du Prêcheur où la notion de proximité s’exprime d’abord par la qualité des chemins et des espaces publics, trois quartiers émergent, là où la commune n’avait anticipé que la relocalisation du centre-bourg.

Expertise citoyenne
Avec son conseil communal de la démocratie participative, la commune du Prêcheur et son maire avaient fertilisé dès 2014 le terrain travaillé par l’équipe pluridisciplinaire : les architectes-urbanistes y associent la paysagiste Laure Thierrée, les socio-anthropologues de l’agence Morono (Mélodie Vidalain) ingénieurs spécialisés dans la construction parasismique Kant é Kant (Jean-Camille Petit et Franck Hubert) et le bureau d’étude Ingéfra.
«L’expression des habitants a vite atteint une maturité et une technicité extraordinaire : jamais je n’aurais imaginé aborder des questions techniques comme les assemblages parasismiques des structures bois avec les habitants. J’ai vécu alors une de mes plus belles séances participatives », s’étonne encore Antoine Petitjean.

27 logements type
Après des semaines d’écoute, l’équipe a étudié et redessiné une vingtaine de typologies de logements façonnés par une population acquise de longue date à l’idée d’un bâti malléable. Cette étude a nourri un « atlas des modes de vie » à l’origine d’une programmation renouvelée.
Plus récente dans les débats, la notion qualité agronomique des sols s’est aussi imposée lors des négociations avec les agriculteurs sur les relocalisations.

Agriculture urbaine
Préservatrices de la richesse agricole exceptionnelle des terres volcaniques, les nouvelles emprises dédiées à la construction s’inscrivent dans la dynamique nourricière impulsée par le projet alimentaire territorial porté par l’association Cols verts à l’échelle des flancs nord-ouest de la Montagne Pelée. « Les transformations agricole et urbaine, en lien avec la préservation d’une diversité biologique exceptionnelle, forment un tout indissociable, dans notre vision », abonde Antoine Petitjean.

Jury imminent
Finalisé en juillet 2019 après plus d’un semestre de coproduction, le plan guide élaboré par l’équipe de maîtrise d’oeuvre aboutit à un concours d’idées piloté par le Puca que le jury arbitrera mi-février pour environ 130 logements répartis en trois quartiers. « Sur les 10 groupements appelés à concourir, plusieurs propositions méritent l’attention, soit sous l’angle des filières de matériaux, de l’économie, des dispositifs transformables ou de la protection aux risques », se réjouit Antoine Petitjrean.

Pierre magique
Cœur du Prêcheur de demain, l’école adresse un signal d’autant plus fort aux générations à venir qu’elle assurera à la fois la formation des 450 enfants du village et la fonction de refuge, en cas de catastrophe géologique ou météorologique.
Le bâtiment s’affirmera comme interface entre le tissu urbain traditionnel renouvelé et une cité d’habitat social construite en béton, en déficit de qualité de vie et peu raccordée au reste du bourg.
L’écoute des enfants a permis d’ouvrir une clé symbolique déterminante : « Ils nous ont révélé l’existence d’une pierre magique connue de tous, à l’arrière de l’école. En mai prochain, une cérémonie de déplacement de cet objet symbolique devrait permettre de concrétiser de manière festive ancrera le programme de relocalisation dans la vie de la commune », s’enthousiasme Antoine Petitjean.

Clé symbolique
« Tout au long de la gestation du projet, nous avons pu vérifier que sa dimension symbolique ne revêt pas moins d’importance que ses aspects techniques et politiques », insiste l’architecte-urbaniste.
L’intimité développée par le groupement de maîtrise d’oeuvre avec la culture locale contraste avec les premières ébauches de la quatrième reconstruction : voici dix ans, un atelier d’élèves de l’école d’architecture de Marne-la-Vallée avait notamment fondé sa vision sur un funiculaire.
«En cas de catastrophe, un tel équipement tomberait en panne, ou alors il ajouterait un danger supplémentaire », soupire Philippe Madec.

Montage à inventer
Comment la plongée dans l’imaginaire collectif trouvera-t-elle sa traduction opérationnelle ? Seule la reconstruction de l’école a avancé aujourd’hui sur la question du financement stabilisé, pour partie prélevé sur le fonds Barnier au titre du plant séisme.
Le Prêcheur n’échappe pas au décalage entre l’énormité des enjeux et le déficit de structures d’ingénierie et de montage, un sort que connaissent la plupart des collectivités du littoral, en métropole comme en outre-mer. En parallèle avec des discussions enclenchées avec les opérateurs classiques du logement, l’idée d’un projet urbain partenarial suit son cours, avec les propriétaires fonciers. Des discussions se poursuivent avec un opérateur historique des Antilles : l’Agence des cinquante pas géométriques, spécialiste de la régularisation des constructions informelles de la bande côtière.
Mais après une année 2019 intense, la question hante les esprits : et maintenant ?

Laurent Miguet- 18/02/2020

https://www.lemoniteur.fr/article/le-littoral-en-transition-dix-ans-apres-xynthia-le-precheur-engage-sa-quatrieme-reconstruction-2-5.2075419
http://www.revuesurmesure.fr/issues/reprendre-la-ville/douze-mois-au-precheur

Charger d'autres écrits dans Environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Jacques Bangou : Le courage se démettre plutôt que se soumettre

Par Jeff Lafontaine  En toute objectivité, je suis en mesure de dire que démissionner étai…